«

»

Regards Croisés avec une association d’aide aux chercheurs d’emploi…

 bulles_couleurs« Perdre son emploi est une remise en cause violente de sa place dans la société. C’est pour aider les personnes au chômage à ne pas rentrer dans la « spirale » de la dépréciation et de l’isolement que Solidarités Nouvelles face au Chômage développe une méthode d’accompagnement individualisé. »

Pour son émission de « Regards Croisés », La radio RCF * en Bourgogne propose des rencontres avec des professionnels de l’accompagnement. Chaque mois, j’accueille un nouvel invité et un nouveau thème. Aujourd’hui, je reçois Éric Saillant, et il va être question de chercheurs d’emploi avec l’association Solidarités Nouvelles (SNC) face au Chômage.

Yves : comment définiriez-vous l’accompagnement Solidarités Nouvelles face au Chômage ?

Éric : je qualifierai notre accompagnement d’une rencontre, la rencontre d’un chercheur d’emploi volontaire avec un binôme d’accompagnants bénévoles de SNC.

Nous allons proposer à la personne accompagnée un soutien personnalisé gratuit et dans la durée avec des échanges réguliers dont la fréquence sera fixée de gré à gré.

Cet accompagnement est principalement de l’écoute, du partage, de l’échange mais aussi si nécessaire de l’aide : à la rédaction d’un CV, à la préparation d’un entretien d’embauche, au choix d’une formation, à la nécessité de faire un bilan …

Nous pensons qu’il est souvent important de ne pas laisser une personne seule pour faire ces démarches et nous avons à cœur de l’encourager à tenir ses objectifs.

Nos accompagnements ne sont pas des actions de professionnels de l’insertion ou d’institutions ou cabinets spécialisés. Notre rôle n’est pas de trouver un emploi à la place de la personne ni de faire pour elle des démarches. Nous ne souhaitons pas nous substituer aux services publics de l’emploi, de l’insertion ou de l’accompagnement social.

Comment ça marche, comment se déroule la première rencontre ?

La première rencontre se déroule dans un lieu que je qualifierai de neutre ; au café, dans une salle de réunion et elle résulte souvent d’un premier contact par téléphone qui permet bien souvent de mettre la personne accompagnée en confiance.

Combien de temps en moyenne dure un accompagnement ?

J’ai envie de répondre le temps qu’il faut. Plus précisément  aussi longtemps que la personne accompagnée le souhaitera et que nous estimerons nécessaire.

Et quelle est la fréquence des rencontres ?

Cela peut aller de une fois par semaine à une fois par mois selon les besoins et surtout selon l’attente de l’accompagné

Pouvez-vous nous détailler les différentes étapes de l’accompagnement que vous proposez ?

Tout accompagnement commence par une écoute active et une attitude compréhensive de notre part ; très souvent nous aurons à aider la personne accompagnée à reconstruire une image positive d’elle-même.

A partir du socle solide que peut être une relation de confiance entre binôme et personne accompagnée nous pourrons aborder avec des atouts sérieux les phases ultérieures qui peuvent être :

-         la recherche de solutions alternatives,

-         l’exploration de voies nouvelles.

Puis vient le moment de confrontation au réel avec son cortège de craintes, de doutes, d’échecs et la nécessité pour la personne accompagnée de faire certains deuils, salaires réduits, taches peu enthousiasmantes, emplois précaires. À nous de nous montrer particulièrement attentifs et de pouvoir soutenir la personne accompagnée sans mettre de côté une certaine exigence.

logo

Éric, vous proposez un soutien gratuit et personnalisé aux personnes et grâce à votre association, 62% des chercheurs d’emploi accompagnés trouvent une issue positive en fin d’accompagnement, c’est-à-dire que sur 3 500 chercheurs d’emploi sur le plan national, 2 200 reprennent une activité. Mais n’est-il pas difficile pour vous de s’adapter à la diversité des situations ?

Je ne dirais pas que c’est facile et naturel ; mais je pense qu’ici le temps de l’écoute qui a lieu de lors de la première rencontre et aussi bien au-delà est primordial. C’est notre attitude compréhensive et totalement exempte de jugement qui va nous permettre dans une certaine relation de confiance, de faciliter la démarche.

Faut-il des compétences particulières pour devenir accompagnateur ?

Compétences ? Je parlerais plutôt ici de qualités. De la disponibilité, de la motivation, une certaine intelligence du cœur. Il n’y a pas d’âge non plus ; nous avons des accompagnateurs retraités mais aussi des étudiants dans certains groupes.

Il est aussi important de faire preuve d’un bon sens de l’accueil et de l’écoute.

Eric copieEt vous pouvez nous préciser ce qu’est votre accompagnement en binôme et pourquoi il est recommandé ?

L’accompagnement en binôme est essentiel dans notre action. Il nous permet de ne pas nous trouver en situation de dépendance personnalisée ; il nous permet aussi d’avoir des regards différents, de partager des expériences et des réseaux différents ; il est source de complémentarité et de stimulation.

Nous recherchons particulièrement dans la composition des binômes a assurer la répartition : homme femme, actif retraité, âges et professions différentes. Il est important aussi que nous ne connaissions pas personnellement  la personne accompagnée.

Les accompagnateurs n’agissent pas seuls. Il y a un groupe qui se rencontre régulièrement pour faire le point sur les accompagnements ; pour établir les relations de partenariat avec les institutions, communes , « comcom », Pôle Emploi, employeurs associations de solidarités locales.

Le groupe est aussi le soutien de l’accompagnant et du binôme qui pourrait quelquefois se trouver en difficultés sur un accompagnement.

Et quelles sont vos relations avec Pôle Emploi ?

Nous nous situons en complémentarité de l’action de Pôle Emploi pour ce qui concerne notre travail d’écoute individualisé hors des cadres institutionnels.

Au niveau local ou l’action de Pôle Emploi est principalement assurée par les services de la Communauté de commune nous avons établis de véritables relations de partenariat avec des rencontres régulières dans le cadre de concertations solidarités qui impliquent tous les acteurs locaux touchés par le sujet.

Forte de ses 2 200 bénévoles, l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage a certainement des besoins pour fonctionner, quelles sont vos ressources ?

La première ressource, c’est effectivement le bénévolat.

Ensuite nos ressources viennent du grand public, vous et moi à hauteur de près de la moitié et c’est considérable, les mécènes entreprises et fondations interviennent pour un tiers de ses ressources le reste provenant de la finance solidaire et du résultat de divers prix et concours.

Si une personne en recherche d’emploi sur le Mâconnais ou le Clunisois cherche à vous joindre, comment doit-t-elle procéder ?

Il y a un numéro de téléphone avec messagerie vocale : le 07 82 45 61 28 et une adresse mail : groupe.clunisois@snc.asso.fr

Et vous êtes combien de bénévoles à votre groupe Clunisois ?

Nous ne sommes actuellement que quatre bénévoles, la porte est bien sur ouverte à toute personne qui supporte difficilement d’être témoin de l’exclusion et qui désire s’investir dans cette démarche d’accompagnement.

Il n’y a à ce jour aucun groupe sur le secteur de Mâcon, mais il reste bon d’espérer qu’un tel groupe pourrait aussi prochainement voir le jour…

Solidarités Nouvelles face au Chômage en Saône et Loire c’est aussi un groupe dans le chalonnais mais également dans l’Ain avec le jeune groupe de Bourg en Bresse. Et avant de nous quitter, je vous propose de consulter le site de l’association afin de mieux vous connaitre ou même vous rejoindre www.snc.asso.fr

* => émission diffusée les 21 mars 2017 – 18 h 45 – et 24 mars – 11 h 15 – sur RCF en Bourgogne, lien ICI. Fréquence Chalon : 88.3, Mâcon 95.1)

Solidarités Nouvelles face au Chômage => Secrétariat national :
51 rue de la Fédération – 75015 Paris Tél. 01 42 47 13 40

Permanence chercheurs d’emploi : Tél. 01 42 47 13 41

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de ce site ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.

A propos de l'auteur

yves

Laisser un commentaire