«

»

Regards Croisés : le massage bien-être

massage (2)Pour son émission de « Regards Croisés », La radio RCF en Bourgogne propose des rencontres avec des professionnels de l’accompagnement. Chaque mois, j’accueille un nouvel invité et un nouveau thème.

Aujourd’hui, je reçois Anne Villeneuve qui exerce au 496 route de Bioux à Mâcon et qui est à la fois enseignante de Reiki, conseillère en Fleurs de Bach et praticienne de massages bien-être et ayurvédiques. Tout d’abord Anne, parlez-nous un instant de l’origine du massage ?

Anne : Le mot massage aurait plusieurs origines :

-          Mass’h en Arabe signifie frotter doucement

-          Massein en grec ancien signifie pétrir, presser dans les mains

-          Massesch en langue hébraïque signifie palper

L’Inde aurait été le berceau de toutes les disciplines corporelles de bien-être. Elles se propagèrent ensuite vers les pays voisins et la Chine où elles se modifièrent sous l’influence conjuguée du Taoïsme et du Confucianisme. On retrouve le massage dans la Grèce antique avec le soin des athlètes et des Gymnastes.

 Hippocrate, le « père » de la médecine occidentale, l’utilisait comme méthode de traitement.

Yves : L’Inde, la Grèce et qu’en est-il en Europe ?

Anne : Durant l’Empire Romain l’objectif thérapeutique du massage disparaît ; sa pratique, se développe comme un plaisir des sens. A partir du Moyen Âge, il fut proscrit par le clergé. On devra attendre la fin de la Renaissance pour que des médecins mettent de côté ces histoires anciennes et réintroduisent la pratique.logo

Le mot massage est adopté en France au 19ème siècle ainsi que le nom des techniques qui le composent : pétrissage, friction, vibration etc…

Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir un choix important et varié de massages bien-être : ils peuvent être relaxants comme le massage Californien, sportifs comme le massage Deep Tissue, drainants, énergétiques comme le massage Thaï. Il y aussi les massages du monde comme le massage balinais, hawaïen etc…et également les massages ayurvédiques.

Yves : Ayurvédique, un terme que nous entendons fréquemment, c’est quoi au juste ?

Anne : L’Ayurvéda est une science thérapeutique sacrée très complète et cohérente utilisée depuis plus de 5000 ans, principalement en Inde. C’est également une philosophie et un art de vivre. En langue sanskrit,« ayur » signifie « vie » et « veda » signifie « science ou connaissance ».

Yves : Et quels sont les bienfaits d’un massage ?

Anne :  Le massage c’est en premier lieu un contact avec la peau. La notre et celle des mains du praticien. La peau couvre la globalité du corps. Elle pèse environ 3-4kg pour environ 2 mètres carré de superficie.

Elle mobilise 70% de notre circulation sanguine et la quasi-totalité de nos terminaisons nerveuses, soit environ 640 000 récepteurs sensoriels, 3 millions de glandes sudoripares et quelques 350 000 glandes sébacées.

Elle est VITALE. Si nous en perdons plus de 20% nous risquons la mort. Le massage nous donne conscience de notre corporalité, c’est-à-dire de notre « incarnation » et de l’unité de notre corps.

Yves : Alors comment le massage agit-il sur notre corps ?

Anne : Au niveau de la peau : Les massages améliorent la tenue et le tonus des tissus et ont une action d’assouplissement, d’adoucissement et d’amincissement. La peau devient ainsi plus souple, mieux nourrie et mieux vascularisée.

Au niveau des muscles : Les techniques de pétrissage détendent, stimulent et tonifient les muscles ayant ainsi une action anti-stress

Au niveau de la circulation : Les massages favorisent l’élimination des toxines, le drainage veineux et la circulation de la lymphe prévenant ainsi par exemple les sensations de jambes lourdes.

Yves : Et le massage bien-être agit-il sur d’autres plans ?

Anne : Oui…

Au niveau énergétique : Les massages rétablissent une bonne circulation des énergies dans votre corps. Ils libèrent les blocages et tensions et harmonisent vos énergies.

Au niveau du système nerveux : Les massages ont tous une action calmante et relaxante

Au niveau performance : Les massages permettent de vous ressourcer et augmentent ainsi la capacité de travail.

Au niveau de la conscience : Le corps et le mental sont liés.

C’est ainsi que le stress émotionnel se répercute souvent dans le corps. En relaxant le corps, les massages relaxent donc aussi au niveau mental et émotionnel.massage-1929064_960_720

Yves : Et bien voilà une technique d’accompagnement qui compte de nombreuses vertus mais peut-être aussi des contre indications?

Anne : Oui : la fièvre, la grossesse moins de 3 mois, la phlébite, les maladies auto immunes non traitées, le cancer pour un massage global

Le massage bien-être ne remplace aucun traitement médical et n’est pas associé au massage thérapeutique ou de rééducation effectué par un kinésithérapeute.

Yves : Anne, comment se déroule un massage ?

Anne : Tout massage doit toujours commencer par un entretien. Le masseur doit vous questionner sur votre état de santé, connaître votre demande et vous  expliquer le protocole du massage.

Dans une pièce prévue à cet effet, agréable et suffisamment chauffée c’est à dire au moins 25 degrés, le massage se déroule soit sur une table, soit au sol soit  sur chaise.

Durant un massage global, votre intimité est toujours respectée et votre corps couvert.

Il est évident que les règles d’hygiène de base  sont  scrupuleusement respectées.

La plupart des massages nécessite l’utilisation d’une huile avec ajout d’huiles essentielles ou non ou d’un baume végétal. Il est impératif de signaler d’éventuelles allergies.

Le massage n’est pas qu’un contact physique, il nous relie à notre mouvement intérieur, travaille sur notre corps et notre émotionnel.

Yves : Et là on en arrive à la posture du praticien. Comment définiriez-vous votre accompagnement ?

Anne : AC signifie VERS et CUM signifie AVEC – PAGNIS évoque la notion de partager le pain. Accompagner traduit donc le fait d’être avec et d’aller vers.

Une relation d’accompagnement, pour un professionnel implique qu’il ne doit se mettre ni devant pour diriger ou stopper, ni derrière pour forcer ou  accélérer vers une direction qui n’est pas celle du client. Il est à ses côtés, il partage un juste cheminement dans une neutralité bienveillante.

Yves : Nous avons la même approche et la même définition de l’accompagnement dans le coaching de vie…

Anne : oui, cela demandera au praticien beaucoup de professionnalisme et des  repositionnements constants. Cela signifie aussi qu’un praticien de massages bien-être au delà de ses compétences techniques acquises relatives aux différentes techniques de massages, doit sans cesse se remettre en question dans le miroir de l’autre et dépasser ses propres transferts et projections afin de laisser la place à son client, l’accueillir et ouvrir le champ des possibles.

Yves : La posture, l’importance de la posture…

Anne : Le praticien de massage bien-être doit toujours trouver la juste posture, être réceptif, mobile et paradoxalement centré. Il s’agit bien d’être au coté de la personne, sans intention particulière c’est à dire sans but prédéfini afin de laisser le sujet acteur du massage qu’il va recevoir, sans emprise, juste la joie  du moment présent partagé dans la totale acceptation de l’autre dans sa globalité sans désir de changement.

Pour cela un praticien de massages bien-être se doit de savoir être. Au delà de son professionnalisme et de ses compétences techniques, il doit être à l’écoute de son propre corps, travailler sur son cheminement personnel avec d’autres professionnels et se faire masser bien évidemment. C’est un métier, il doit être formé. Pour cela il y a des écoles spécialisées de formation aux massages et à l’accompagnement.relaxation-686392_960_720

Yves : Et qu’apportent vos massages sur le plan énergétique ?

Anne : Les massages-bien-être permettent à l’énergie retenue et coincée par les tensions de se libérer. Cette énergie, en circulant plus librement, réoxygène le corps, facilite les mouvements entre le physique, le psychique et l’émotionnel. La personne gagne alors en réceptivité́ et en compréhension sur les causes mêmes de ses tensions voire de sa souffrance.

Le massage déloge ce qui nous freine, ce qui nous limite, il nous délivre de nos encombrants. Il permet au corps de faire émerger les ressentis, les perceptions, le vécu mais aussi les manques.

Mais l’accompagnement par le massage ne veut pas dire que l’on va se faire masser parce que nous rencontrons forcément un problème dans notre vie à quelque niveau que ce soit. C’est choisir un état de bien-être ou plutôt ETRE BIEN ; c’est s’accorder un moment de pause, de lâcher prise. Un moment de connexion avec soi.

Yves : Comment choisir son massage parmi tous ceux que vous proposez ?

Anne : Un bon praticien doit tout abord avoir une communication claire sur ses prestations et ses tarifs. Vous pouvez choisir seul ou avec lui afin qu’il vous oriente en fonction des différentes vertus des massages proposés.

Vous devez connaître la durée, le tarif et la trame du protocole du massage avant de commencer.

Yves : Voilà un cadre clairement défini en parcourant votre site internet, je constate que le tarif d’un massage est le plus souvent d’un euro la minute. Le massage, un accompagnement et un soin aux vertus multiples, une belle idée de cadeau également et si nos auditeurs souhaitent essayer, il leur suffit de prendre rendez-vous à votre cabinet route de Bioux à Mâcon. Pour info : http://www.boduhithi.fr/# 

 Anne

Bodu Hithi Massages – Reiki – Fleurs de Bach
Anne Villeneuve
Tél : 06 10 67 07 69 – E-mail : anne@boduhithi.fr
Maître Enseignante Reiki
Conseillère en Fleurs de Bach
Massages Californien, Hawaien, Balinais, Deep Tissue, Ayurvédiques
Praticienne formée chez CLK à Lyon 4 – Espace Keola Grandvaux Suisse

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de ce site ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.

A propos de l'auteur

yves

Laisser un commentaire