«

»

Regards Croisés : le pardon !

bulles-de-savon-photographie-12-2Pour son émission de « Regards Croisés », La radio RCF en Bourgogne propose une rencontre et un échange entre le coach de vie que je suis et un autre professionnel de l’accompagnement. Chaque mois, l’expérience sera renouvelée avec un nouvel invité et un nouveau thème ; celui du jour est consacré au PARDON.

Dans l’exercice de mon activité, j’accompagne des personnes désireuses de changements et bien souvent, elles restent au stade du désir sans pouvoir passer à l’action.

Mon travail consiste entre autres à les questionner pour mesurer ce qui les freine, les empêche de réaliser leurs projets.

Et s’il y a autant de réponses que de clients, il arrive fréquemment de retrouver le sujet du pardon comme un obstacle à la progression parce que là, l’intime est souvent blessé. Et si la blessure physique cicatrise avec du temps et du soin, celle de l’intime se  guérit par le pardon.

Pour cette émission, j’accueille Mylène Grand* animatrice de Cercles de Pardon** et qui nous vient de Louhans.

Extraits de l’émission***:

YL : Mylène Grand, pourriez-vous nous présenter en quelques mots ce que sont ces cercles ?

MG : Ils sont nés de la rencontre entre un auteur, Don Miguel Ruiz, et son traducteur, Olivier Clerc. Celui-ci traduit « les quatre accords toltèques » en 1999,  puis se rend au Mexique, suivre un stage avec Miguel.

Là, Olivier Clerc vit une extraordinaire expérience de pardon. Fort de ce « cadeau toltèque », il chemine alors dans la guérison du cœur par le pardon et sort son premier ouvrage sur le sujet, « le Don du pardon », en 2012, dans lequel il décrit ce processus : Il créée ensuite les ateliers « don du pardon » afin de transmettre son expérience à travers le protocole qu’il a mis au point, dans les cercles de pardon.

YL : Et quels sont les objectifs d’un Cercle de pardon ?

MG : - Guérir son propre cœur ; cicatriser ses blessures à soi.

- Se libérer ainsi de l’étau du ressentiment, de la rancune et de la haine.

-  Retrouver, par conséquent, sa pleine liberté d’aimer.

YL : Et ce que n’est pas un Cercle de pardon ?

MG : – Ce n’est pas forcément se réconcilier avec la personne qui nous a fait du mal ou à qui l’on a fait du mal (il faut être 2 pour ça).

- Ce n’est pas cautionner ce que l’autre nous a fait ou ce que nous avons nous-mêmes pu faire à autrui.

- Ce n’est pas perdre son discernement : on peut faire œuvre de pardon ET traduire quelqu’un en justice ou décider d’arrêter toute relation avec la personne concernée.

« La tête est là pour protéger le cœur, avec sagesse et lucidité ». Olivier Clerc

YL : Nous avons tous besoin du pardon. La rancune, la colère nous font du mal et n’aident personne à s’en sortir.

Le pardon est une chose merveilleuse. Il permet le soulagement, repousse la culpabilité et apporte la paix et l’harmonie intérieure.

Pour les personnes que j’accompagne, il est difficile de progresser, de changer si le passé encombre, empêche ou même freine. Les personnes sont tiraillées entre l’envie de changer et le besoin de se libérer des rancœurs du passé. Bien sûr, le pardon ne change pas le passé mais il élargit les perspectives d’avenir et par conséquent la réalisation des projets.

Concrètement, comment se passent les cercles de pardon ?

MG : Un cercle de pardon est un processus de libération des blessures du cœur qui se vit en groupe et se déroule en quatre étapes sur une durée qui varie de 1h30 à 3 heures selon le nombre de participants. Ce protocole s’inscrit dans une lignée et ne doit pas être transformé par l’animateur : il fonctionne en effet très bien, nul besoin de rajouter ou d’enlever quelque chose.

Le groupe se relie d’abord à l’égrégore d’amour et des Cercles de pardon, puis l’animateur se présente brièvement, ainsi que les participants (prénom, provenance, pourquoi je suis là. Pas de profession ni d’histoire personnelle pour éviter prise au jugement et aux a priori). Puis l’animatrice que je suis présente l’origine de ce rituel et enfin, retrace son propre parcours dans le pardon. Enfin, le cercle se forme.

YL : Mylène, pouvez-vous nous en dire une peu plus sur ce processus en 4 étapes du pardon que vous venez d’évoquer ?

MG : Tout le déroulé se pratique dans le silence et dans la réciprocité.

L’écoute du cœur

Cette première étape se pratique debout, en mouvement. Chacun va à la rencontre de l’autre et demande la permission d’écouter son cœur, puis la réciprocité se fait. Nous continuons avec tous les participants, puis faisons un bref retour sur expérience.

 « Je te vois »

Cette seconde étape débute par une courte visualisation et se poursuit en silence, avec le regard, le but étant de chercher l’étincelle « divine » en chacun et quand on l’a trouvée, dire « je te vois », puis nous faisons un bref retour sur expérience.

YL : Nous sommes déjà, avec ces deux premières étapes, dans l’approche transpersonnelle. Celle-ci va-t-elle se vivre complètement dans le cercle ?

MG : Tout à fait.

Le cercle et la demande en pardon

L’animateur forme 2 cercles : un cercle intérieur et un cercle extérieur. Le premier ne bouge pas, tandis que le second va se déplacer de personne en personne pour effectuer sa demande en pardon. Puis on inverse les deux cercles.

Les « autres »

Enfin, l’animateur demande à tous de fermer les yeux quelques instants, puis chacun fait sa demande en pardon, intérieurement, à tous ses boucs émissaires, puis à plus grand que soi (chacun selon ses croyances) et enfin, à son enfant intérieur ou à soi aujourd’hui.

YL : Et à propos des spécificités de ces cercles ?

MG : Les 3 particularités de cette approche du pardon

- Guérir son propre cœur avant tout : Ce n’est pas pour les autres qu’on fait ce travail, c’est d’abord pour se libérer, car « Le pardon (est) une puissance qui libère » Hatzakortzian.

- Effectuer une inversion à 180° : Il s’agit de demander pardon d’avoir utilisé les actes, les paroles des autres, ou encore le passé, pour garder son propre cœur fermé. En effet, si les autres sont responsables de ce qu’ils m’ont fait ou m’ont dit, en revanche, je suis seul responsable des « réponses » que je donne à mon agresseur : je suis en effet seul responsable des sentiments que je cultive dans mon cœur. L’idée est donc de se libérer de l’illusion que les autres ont le pouvoir de déterminer mon état intérieur. Ce processus me redonne donc ma pleine et entière responsabilité. C’est aussi une manière de se libérer de l’orgueil et de nos jugements, en adoptant une posture d’humilité et surtout, de lâcher-prise.

- Approche transpersonnelle : A travers la réciprocité de la demande en pardon, chacun donne et reçoit ce pardon, y compris de et à des personnes absentes ou décédées. En effet, à travers tel homme ou telle femme, je peux demander ou recevoir le pardon de mon père défunt, d’une amie éloignée…

YL : Un dernier mot ?

MG : je terminerai par une phrase d’Olivier Clerc, que j’affectionne tout particulièrement : « Le pardon est la guérison du cœur, la gratitude est le chant du cœur ».

* Mylène Grand : Cercles de Pardon,  Cours de Théâtre, Yoga du Rire et Reiki

61 Grande Rue – Louhans – Sur rendez-vous au 06 75 71 08 01 ou par mail : mylene.grand@orange.fr

Mylène 2

** L’évolution des cercles

A ce jour, il existe plus de 70 cercles de pardon actifs dans plus de 80 pays, c’est dire si ce protocole simple est efficace.

Après les cercles, sont nées les Journées du pardon, qui ont lieu depuis 2013 chaque année, au Val de Consolation (Haut-Doubs) où des personnalités du monde entier viennent présenter leur expérience du pardon. Cette année, le chef Algonquin (Canada) entre autres, et précédemment, Jane Fourie (Apartheid), un des membres d’honneurs de l’API : Association Pardon International.

Cette association, créée par Olivier et son épouse Annabelle, a été créée l’an dernier, et a pour objet la promotion de l’étude et de la pratique du pardon, à l’échelle internationale.

Site : http://www.lesvoiesdupardon.com/

*** Émission diffusée le vendredi 23 à 11 h 15 – Pour écouter RCF en Bourgogne : 95.1 autour de Mâcon et 88.3 autour de Chalon sur Saône ou sur internet ICI

logo

A propos de l'auteur

yves

Laisser un commentaire